Csertiona Index du Forum


Songe d'une nuit d'automne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Csertiona Index du Forum -> Les Alentours -> Le Lac Noir
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Illyvius
Pertubateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2010
Messages: 7
Nom de la demeure: Forêt Noire
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s) de réputation: 7
Réputation: 1,00
Arme: Arc long
Pouvoir/attribut: Fléau des Nains

MessagePosté le: Jeu 30 Déc - 18:25 (2010)    Sujet du message: Songe d'une nuit d'automne Répondre en citant

Le lac était silencieux, pas même les conversations des oiseaux nocturnes qui semblaient muets ce soir là. Seuls de petits ploc ploc réguliers rythmaient la nuit.

Illyvius, le rôdeur satyre, appuyé contre une souche d'arbre, lançait des galets à la surface du lac. Il essayait de calmer sa rage intérieur suite à l'échec des trolls. Et puis ce fichu bouffon qui s'était éclipsé durant la bataille et qui n'avait aidé en rien ... Toutes ces contrariétés le rongeait et seule l'eau calme du lac avait un léger effet apaisant. Mais pas assez ! Le derniers galet qu'il tenait en main, il le broya dans une poigne rageuse, ce petit jeu du lancer de galets l'avait lassé. C'est alors qu'il sentit une présence dans son environnement. D'habitude, les animaux ont peurs de lui et l'évitent, mais là, il sentait très nettement quelque chose qui s'approchait sans la moindre peur. Lorsqu'il se retourna en dégainant l'une de ses épées courtes, il comprit pourquoi. Non loin, s'approchait un simulacre de zombi, un amalgame de morceaux de cadavres d'animaux et d'humains. Vaguement humanoïde : 2 jambes, un torse énorme certainement pris à un sanglier, 2 énormes bras qui empruntaient beaucoup à un ours, et une tête humaine garnies de crocs surmontait le tout. Restant d'instincts animaux certainement, cette "chose" semblait agir comme un prédateur silencieux. Mais Illyvius n'avait définitivement pas le tempérament à jouer le rôle de la proie. Le zombi bondit avec une rapidité surprenante mais le satyre esquiva en poussant sur ses sabots. Pourtant, une douleur au flanc gêna son bond et il roula à terre. Malgré son esquive, le zombi avait réussi à le griffer au passage grâce à l'une de ses pattes d'ours et du sang s'écoulait de la plaie.

Toute la rage accumulée par la défaite des trolls pulsa alors dans ses veines. Déjà, le zombi reprenait appui au sol pour sauter à nouveau sur lui mais Illyvius n'avait plus envie de fuir. Il bondit simultanément sur son adversaire et ils s'empoignèrent en l'air, tombant lourdement au sol. Les mains plus petites du satyre lui permirent de planter ses griffes dans les paumes du zombi, l'empêchant de refermer ses griffes d'ours sur lui. Il appuya un de ses sabots sur le ventre humain du zombi et le repoussa au loin d'une violente planchette japonaise. Le zombi se releva sans mal mais Illyvius avait utilisé ce précieux temps gagné, son arc dégainé, 2 flèches encochées. Le zombi amorça sa course vers le satyre mais les pointes aiguisées des flèches transpercèrent ses mollets et se fichèrent dans le sol, le clouant sur place. Le zombi regarda ses pieds, essayant de déraciner les flèches barbelées du sol grâce à sa force surhumaine. Illyvius utilisa à nouveau le temps gagné en lâchant l'arc, dégainant ses épées courtes tout en réduisant la distance. Lorsque le zombi releva la tête pour vérifier où était sa proie, il découvrit les lames des épées courtes de chaque côté de son cou, et le souffle du satyre à quelques centimètres de son visage décomposé.

"Je ne suis pas un humain, abruti de mort vivant !!

Tuuuéééééer toout ce qui viiiiiiit !!

Grrrrrrrrrrr !!!"

Illyvius croisa ses lames, sectionnant la tête d'un coup net. Le corps du zombi s'affaissa sur lui même.

"Désolé ! J'ai jamais eu de patience !"

Il reprit ses réflexes de chasseur et étudia les traces laissées par le zombi. Il n'eut aucun mal à remonter la trace du prédateur de la nuit.

C'est quoi encore ce délire ? Je croyais qu'il n'y avait plus de morts-vivants dans cette zone ! J'ai pas le temps de faire la nounou à des idiots de nécromants qui font n'importe quoi ! 'Vont m'entendre !!

Dans un sous-bois, il trouva l'entrée d'une caverne sous les racines d'un arbre gigantesque. Avant d'entrer dans le tunnel, il rangea son arc dans le dos et préféra dégainer directement ses épées puis pénétra silencieusement dans le lieu. Un unique boyau le mena rapidement à une grotte humide jonchée d'humus et autres substances malodorantes. Au centre, 2 formes malingres drapées dans des robes sales s'affairaient autour d'un chevalet en bois sur lequel était ligoté un humain en fort mauvais état. Ils récitaient des borborygmes incompréhensibles tout en tailladant la peau du supplicié qui gémissait d'une faible voix.

"Héé les crétins !! Z'avez pas fini d'attirer l'attention sur vous ? C'est pas étonnant que vous soyez régulièrement exterminés avec vos joujous qui se baladent dans la nature !"

A leurs regards meurtriers , il comprit leurs intentions et réagit à l'instinct. Il trancha la gorge du premier avant qu'il n'ai pu esquisser un geste. Déjà l'autre dégainait un poignard courbé à la lame peu ragoutante, mais il lui planta son épée dans le cœur avant qu'il ne puisse l'attaquer. Les 2 nécromants s'écroulèrent avant même que le combat ne commence. Illyvius se redressa et s'approcha du chevalet. L'humain était ouvert à de multiples endroits et gémissait d'un regard laiteux.

"Désolé mon gars mais les mecs attachés, çà m'a jamais intéressé ! Si t'avait été une nana, j'dis pas !"

Et il lui planta son épée dans le cœur. Un instant, l'humain, certainement un paysan capturé, parut soulagé. Vieux réflexe de chasseur : ne jamais faire inutilement souffrir un animal agonisant.

Un souffle saccadé, comme un rire étouffé, attira son attention. Il se retourna et repéra la source du bruit. Il se pencha et, le saisissant par ses cheveux filasses, il souleva la tête du nécromant qu'il avait planté.

"T'a quelque chose à rajouter ducon ?

Ri... ri... rituel ... terminé ! Le nécromant poussa son dernier soupir.

Hein ? de quoi tu causes ? j'vous ai interrompu et j'ai achevé votre sacrificié ! D'où qu'vous avez terminé quoique ce soit ?"

Suspicieux, il se retourna vers le chevalet. C'est vrai qu'ils l'avaient tailladé à de nombreux endroits mais le sang ne s'écoulait pas de ces plaies infectées. Par contre, de sa plaie à la poitrine, un large filet de sang s'était écoulé le long de son corps jusqu'au sol. Un pentagramme, jusqu'ici invisible, se mit à s'illuminer. Une épaisse fumée s'éleva, cachant le chevalet à la vue du satyre. Il recula de quelques pas en rangeant ses épées et banda son arc droit vers la colonne de fumée.

"Et merde !! Désolé mais j'suis pas d'humeur aujourd'hui ! Alors j'sais pas c'que t'es censé être ! Mais j'te préviens tout d'suite ! Quand tu vas apparaitre, tu va souffrir ta mère, t'a pas idée !"

...
 

_________________
Je ne fais que répondre à mes pulsions, c'est ma nature, quel mal à çà ?


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 30 Déc - 18:25 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Csertiona Index du Forum -> Les Alentours -> Le Lac Noir Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation